Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Avertissements

 

Ce blog est une arme de dérision massive.

Toute ressemblance à des situations ou personnages existants ou ayant existé est totalement… à vous de voir.

Aucun ordinateur n’a été maltraité pour la réalisation de ce blog.

gif animé ordinateur

 

 

compteur

Chercher Sur Le Blog De L'absurde

 

non à la réforme des rythmes scolaires à Beuvry

 

facture d’eau à Beuvry

 

piscine beuvry

 

beuvry 62660 opposition se réveille

secret story beuvry.jpg

 

 

19 décembre 2011 1 19 /12 /décembre /2011 09:58

 

Je suis passé devant l'hôtel de ville (c'est comme ça qu'on dit maintenant !).

Et v'la t'y pas que j'apprends qu'il y a une réunion du conseil municipal à 5 jours du réveillon de Noël...

Du coup je me suis dit : comme c'est la trêve des confiseurs, l'opposition ne va pas s'opposer ?

 

http://bisonteint.net/wp-content/uploads/2011/07/Conseil-municipal.jpg

 

Bon, moi je ne peux pas y aller, j'ai piscine !

 


 

Repost 0
10 décembre 2011 6 10 /12 /décembre /2011 13:26

 

Quand le bus oublie de vous prendre (voir ICI), il y a encore une solution :

 

prendre bus eleve humour

 

Attention ceci est de l'humour, cette photo trouvée sur internet n'est là que pour illustrer l'absurdité d'une situation.

Il ne faut pas le faire les enfants, même si votre bus vous oublie sur le trottoir.

Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 00:03

 

saint nicolas sarko humour

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 12:52

 

Dans la ville de B…. (chut on ne dit pas le nom) on aime bien la poésie.

En voici une tout à fait au hasard (peut-être).

 

Le Héron

 

Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où,

Le héron au long bec emmanché d'un long cou :

Il côtoyait une rivière.

L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;

Ma commère la carpe y faisait mille tours,

Avec le brochet son compère.

Le héron en eût fait aisément son profit :

Tous approchaient du bord, l'oiseau n'avait qu'à prendre.

Mais il crut mieux faire d'attendre

Qu'il eût un peu plus d’appétit :

Il vivait de régime et mangeait à ses heures.

Après quelques moments, l'appétit vint : l'oiseau,

S'approchant du bord, vit sur l'eau

Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures.

Le mets ne lui plut pas ; il s'attendait à mieux,

Et montrait un goût dédaigneux,

Comme le rat du bon Horace.

« Moi, des tanches ! dit-il; moi, héron, que je fasse

Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ? »

La tanche rebutée, il trouva du goujon.

« Du goujon ! C’est bien là le dîner d'un héron !

J'ouvrirais pour si peu le bec ! Aux dieux ne plaise ! »

Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon

Qu'il ne vit plus aucun poisson.

La faim le prit : il fut tout heureux et tout aise

De rencontrer un limaçon.

 

Ne soyons pas si difficiles :

Les plus accommodants, ce sont les plus habiles ;

On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

Gardez-vous de rien dédaigner,

Surtout quand vous avez à peu près votre compte.

Bien des gens y sont pris. Ce n'est pas aux hérons

Que je parle; écoutez, humains, un autre conte :

Vous verrez que chez vous j'ai puisé ces leçons.

 

Jean de la Fontaine

 

 http://www.lafontaine.net/arac2/07-04.jpg

 

Toute ressemblance à des situations ou des personnages refusant ou ayant refusé le poisson qui lui passait sous le nez ces dernières années est totalement… à vous de voir.

Repost 0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 12:40

 

Le politiquement correct n'est pas toujours aussi convenable qu'il prétend l'être.

Le politiquement correct nous vient des Etats-Unis ; c’est une traduction littérale du « politically correct » anglais.

 

Il impose de désigner certaines catégories d’individus, identifiés par leur sexe, leur race, leur culture, leur préférence sexuelle, leur handicap, leur profession ou autre, de manière non discriminante ; ce qui est un paradoxe quand on pense que la langue sert surtout à distinguer ce à quoi elle se réfère ("paradoxe" étant le terme politiquement correct pour dire absurde). 


 

Voici une démonstration de ce paradoxe (la liste n'est pas exhaustive) :

« Sans domicile fixe » pour « clochard »

On abrège souvent « sans domicile fixe » par l’acronyme SDF pour être encore moins choquant : avec sa consonance administrative, SDF devient tout à fait neutre. Mais en quoi SDF serait-il moins péjoratif que « clochard » ? L’usage de l’acronyme déshumanise la personne dont on parle. On peut se demander si cette façon de parler ne trahit pas une volonté de se voiler la face, de se dérober face au problème.

 

Une personne « non voyante » pour une personne « aveugle »

Pourtant, on continue d’employer le terme « chien d’aveugle ».

Où est la logique ? En plus, « non voyant » est ambigu et pas très flatteur, puisque cela peut aussi être compris dans le sens de « non visible ». À noter que c’est d’ailleurs précisément ce que fait le politiquement correct : gommer tout ce qui ne cadre pas avec la norme par le biais de contorsions verbales.


Une personne « en recherche d’emploi » pour un « chômeur »

Le but de cette périphrase est d’aboutir à une connotation positive.

On met l’accent sur le fait que la personne cherche un travail.

Sous-entendu : lorsqu’on est « chômeur », on est forcément inactif.

 

« Animateur d’espaces verts » pour « jardinier »

Cette circonlocution tarabiscotée cultive le flou artistique.

Résultat : on ne comprend pas de qui on parle. Le métier de jardinier est-il donc aussi dévalorisant que ça pour ne pas le nommer clairement ?

L’art de faire compliqué quand on peut faire simple…


« Technicien de surface » pour « nettoyeur »

De même inspiration que le précédent, toujours aussi vague. À force d’être dilué, le langage se vide de tout sens.


« Travailleur/euse du sexe » pour « prostitué(e)»

Un autre exemple aberrant. Alors que le politiquement correct est censé épurer les mots pour les rendre plus acceptables, « travailleur/euse du sexe » aboutit à l’effet inverse en appelant un chat un chat : avec l’usage du mot « sexe », l’activité est clairement décrite dans toute sa crudité.

 

Le Politiquement Correct : " La Nouvelle Censure " ?


Repost 0