Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Avertissements

 

Ce blog est une arme de dérision massive.

Toute ressemblance à des situations ou personnages existants ou ayant existé est totalement… à vous de voir.

Aucun ordinateur n’a été maltraité pour la réalisation de ce blog.

gif animé ordinateur

 

 

compteur

Chercher Sur Le Blog De L'absurde

2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 12:52

 

Dans la ville de B…. (chut on ne dit pas le nom) on aime bien la poésie.

En voici une tout à fait au hasard (peut-être).

 

Le Héron

 

Un jour, sur ses longs pieds, allait, je ne sais où,

Le héron au long bec emmanché d'un long cou :

Il côtoyait une rivière.

L'onde était transparente ainsi qu'aux plus beaux jours ;

Ma commère la carpe y faisait mille tours,

Avec le brochet son compère.

Le héron en eût fait aisément son profit :

Tous approchaient du bord, l'oiseau n'avait qu'à prendre.

Mais il crut mieux faire d'attendre

Qu'il eût un peu plus d’appétit :

Il vivait de régime et mangeait à ses heures.

Après quelques moments, l'appétit vint : l'oiseau,

S'approchant du bord, vit sur l'eau

Des tanches qui sortaient du fond de ces demeures.

Le mets ne lui plut pas ; il s'attendait à mieux,

Et montrait un goût dédaigneux,

Comme le rat du bon Horace.

« Moi, des tanches ! dit-il; moi, héron, que je fasse

Une si pauvre chère ? Et pour qui me prend-on ? »

La tanche rebutée, il trouva du goujon.

« Du goujon ! C’est bien là le dîner d'un héron !

J'ouvrirais pour si peu le bec ! Aux dieux ne plaise ! »

Il l'ouvrit pour bien moins : tout alla de façon

Qu'il ne vit plus aucun poisson.

La faim le prit : il fut tout heureux et tout aise

De rencontrer un limaçon.

 

Ne soyons pas si difficiles :

Les plus accommodants, ce sont les plus habiles ;

On hasarde de perdre en voulant trop gagner.

Gardez-vous de rien dédaigner,

Surtout quand vous avez à peu près votre compte.

Bien des gens y sont pris. Ce n'est pas aux hérons

Que je parle; écoutez, humains, un autre conte :

Vous verrez que chez vous j'ai puisé ces leçons.

 

Jean de la Fontaine

 

 http://www.lafontaine.net/arac2/07-04.jpg

 

Toute ressemblance à des situations ou des personnages refusant ou ayant refusé le poisson qui lui passait sous le nez ces dernières années est totalement… à vous de voir.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Gamin 22/05/2013 19:47


Aujourd'hui ceux qui ont refusé le petit poisson qui passe voudraient prendre tous les poissons de la rivière. Mais il est trop tard, ces poissons ne sont pas pour leur bec ! D'ailleurs qu'en
feraient-ils ? Leur manque d'appétit pendant 5 ans a rétréci leur estomac. Ils seraient bien incapable de digérer !

ISA 04/08/2012 21:03


Belle leçon de morale !

Xavier 08/12/2011 10:50


Rien de tel qu'un gran classique pour remmetre les choses à leurs place ! Chapeau !!!

KamikaZ 03/12/2011 09:05


Je me souviens des élus de l'oppositions qui se moquaient des petits reproches sur la propretés des rues. Je viens d'ouvrir mon Beuvry Intox et j'ai rigolé en buvant mon café !

Un beuvrygeois avisé 02/12/2011 22:52


C'est la conclusion qui est intéressante !